Histoires sans fin
Bienvenue sur le forum d'histoires sans fin....
venez jouer avec les mots, nous avons besoin de vous pour faire vivre ce forum.

ARWEN

Histoires sans fin

La Communauté de la Plume! Ecrivons des histoires ensemble, faisons vivre les mots!
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sheezer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Sheezer   Ven 8 Mai 2015 - 9:11

Son esprit embrumé se réveillait lentement. Elle avait l'étrange notion d'une tâche inaccomplie. Mais quelle tâche ? Tout était flou dans sa tête, même sa vision était imprécise, quoique s'éclaircifiant légèrement. Puis elle pris peu à peu conscience de son corps.
L'enveloppe charnelle de Sheezer se tenait là, assise sur une chaise, en plein milieu d'une route. Immobile. Cette route était cernée de maisons, infestée de personnes la regardant, avec admiration. Devant la jeune femme se tenait un micro. Sans même comprendre ce qu'elle faisait, elle se mit à chanter. Les paroles venaient toutes seules, l'air également. Cette absence spirituelle devait avoir été très courte. Autour d'elle jouait un orchestre de percussions. La musique interprétée machinalement par Sheezer s'acheva sur une note aiguë et agressive pour les tympans.
Et elle s'éveilla à nouveau, dans un univers plus réaliste. Ce ne devait sûrement plus être le monde onirique. La note résonnait dans le crâne de la jeune femme, rebondissant contre les parois internes de sa tête.
La pièce autour d'elle prit consistance dès que le son s'arrêta. C'était une salle dont l'austérité n'était dissimulée que derrière une épaisse couche de crasse. Sheezer était sur un lit mité, allongée sur le dos. La première chose qu'elle reconnut dans sa chambre était son calendrier, affichant huit décembre 2014. Il consistait à lui seul l'ornement de la pièce. N'ayant rien de mieux à faire, elle se leva, et sortit de la pièce, pour se préparer un café. Cette maison lugubre, c'était la sienne.
De son rêve, désormais, il ne lui restait plus que cette impression de tâche inaccomplie. Bien qu'elle n'ai jamais ressenti cela avant, elle en connaissait la raison. Pendant que l'eau de son café se mettait à bouillir, Sheezer se mit à réfléchir à un emploi. Elle ne travaillait pas. Puis, sans raison, l'eau se mit à déborder de la cafetière.
-Merde !... Pourquoi cela arrive-t-il si fréquemment ?...
La jeune femme aurait bien changé de cafetière si elle avait l'argent pour. Mais elle devait éviter toute dépense non nécessaire. Elle prit finalement la décision de prendre son café dans un bar.

Tout au long de sa journée, cette impression de tâche inachevée la dérangea. Pendant qu'elle passait un entretien, elle pensa à cela. Alors qu'elle prenait le bus, cette sensation se fit sentir. Durant son footing, elle ne put empêcher cette réminiscence de se manifester.

En fin de journée, elle commença à se sentir en manque. Elle avait besoin de cocaïne, elle n'en avait pas pris depuis presque une semaine. Elle essayait de se limiter mais c'était tellement dur. En débutant, elle croyait pouvoir contrôler, que sa volonté pourtant bien marquée lui permettrait de ne pas devenir dépendante. Mais elle a commencé et elle ne contrôlait plus rien. Elle aurait payé tellement cher pour ne jamais avoir touché à ça. Si encore elle l'avait, cet argent...
Elle connaissait un endroit de deal, un bunker, où la drogue n'était pas chère. S'ils ne la vendaient qu'à 2200€ le kilo de cocaïne, c'est parce qu'ils la coupaient abondamment avec des excréments de chameau.
Elle s'y dirigea en chantonnant.

Une fois devant le vieux bâtiment si peu fréquentable, elle ouvrit lentement la porte métallique. Le portail constitué d'une simple plaque racla le sol, poussant tous les débris de verres, par terre. Sheezer prit bien soin de la refermer ensuite. L'obscurité du lieu, déjà bien présente, se renforça. Elle resta là quelques minutes, afin d'habituer ses yeux à l'absence de lumière.
Lorsque ces yeux purent voir quelque chose, elle remarqua deux trous, dans le mur. Ils n'étaient pas là avant, elle en était sûre !...
Pour une raison mystérieuse, son regard était inexorablement attiré par ces orifices, comme si Sheezer avait l'instinct que derrière le mur, il allait se passer des choses. Elle s'en approcha lentement, chacun de ses pas crispant sur le sol. Elle ne put rien voir, l'autre côté du mur étant trop obscur. Mais la jeune femme put distinguer un bourdonnement, entre l'abeille et la mouche. C'était terriblement malsain. De plus, de la puanteur s'échappait de ces orifices. Si cadavre il y avait, ce devait sûrement être celui d'une personne décédée d'overdose, conclut-elle. Elle continua donc son chemin sans plus réfléchir.
Elle tourna à droite et descendit les escaliers. Alors qu'elle les eut enfin franchis, elle entendit le verre crisser. Quelqu'un se déplaçait et n'était pas loin d'elle. «Bah», se dit la jeune femme. «Ce n'est sûrement qu'un autre toxico.» Et elle poursuivit son avancée sans angoisse. Le crissement continuait, comme si ce «toxico» marchait en rond, sans arrêt.
Elle arriva dans une espèce de hall. C'était au fond, à droite que le deal avait lieu. Mais elle ne put avoir le temps de s'y diriger. Elle sentit quelque chose de fin et coupant. Une lame. Restant calme, elle déclara en articulant lentement :
-Sheezer. C'est moi, Sheezer. Tu te rappelles de moi, non ?
La lame s'ôta du cou de la jeune femme.
-Oui, je ne t'ai pas oubliée. Tu veux encore de la cocaïne ? demanda le dealer.
-Exactement. Dix grammes ça ira.
-Ça fera vingt-deux euros !
La voix chantante de l'homme contrastait avec l'atmosphère glauque du bunker. Il se dirigea vers l'endroit où il stockait la drogue.
-Viens par là !
Sheezer dû le suivre à l'ouïe, la pénombre l'empêchant de le voir. Puis une lumière s'alluma. Le dealer avait une lampe-torche. Il éclaira une centaine de sacs de drogue, allant de deux grammes à cinq cents.
-Mais qui irait acheter un demi kilo de cocaïne ? murmura la jeune femme pour elle-même.
En cherchant un peu, le dealer trouva un sac de dix grammes.
-Tiens, voilà ta drogue. Au fait, — il braqua la lumière de sa lampe torche derrière lui — regarde qui nous avons là.
Une dizaine de paillasse furent illuminées, dont trois étaient occupées par des toxicomanes sous l'emprise de la drogue. Ils bougeaient les bras, les jambes, leur tête lentement, dans tous les sens, sans aucune logique. Ce spectacle était pitoyable, et presque effrayant. Mais Sheezer n'en avait cure. Elle avait reconnu l'un des drogués et focalisait son attention sur lui.
-Regarde qui voilà ! s'exclama le dealer. N'est-ce pas le dernier sur ta liste, Sheezer ? Tout de même, il faudrait que tu m'expliques.... Comment fais-tu pour ne jamais être attrapée ? Et c'est quoi, le but de cette liste ?
La jeune femme resta silencieuse.
-Bon, je suppose que tu ne veux pas me le dire. Pas grave, tu peux faire ton office.
Comme si elle attendait cette permission pour commencer, elle s'empara alors de deux bout de verre ; un dans chaque main, et s'approcha du drogué. Elle s'assit sur le ventre de l'homme au bord de l'inconscience et plaça ses deux armes improvisées à deux endroits. Une au niveau de l'entrejambe et l'autre sur le cou. Avec sa main gauche, elle commença à écorcher le pantalon du drogué, frottant également sur son sexe, et maintenant sa main droite juste au dessus de sa gorge. Puis, lasse, elle descendit un peu le jean de la pauvre victime et enfonça sa main, ainsi que le verre, profondément dans les parties génitales. L'homme eu le réflexe de se relever et s'égorgea sans le vouloir sur le deuxième bout de verre. Un flot de sang recouvrit peu à peu le sol et la main droite de la femme. Et alors que sa vie le quittait, le drogué fut transporté plus loin dans le bunker afin qu'on ne le retrouve pas.
-Sheezer ? Maintenant que tu les as tous éliminés, que comptes-tu faire ?
En guise de réponse, la jeune femme toussa brutalement, et à multiples reprises. Rapidement, un peu de son propre sang couvrit la paume de ses mains. Puis elle fut prise par de violents spasmes, secouant son corps fin comme s'il s'agissait d'une feuille de papier. À la fin de ce phénomène étrange, haletante, les mains sur les genoux, la meurtrière tourna le visage vers le dealer. Au même instant, la note aiguë qu'elle avait entendue lors de son rêve lui vrilla les tympans. Elle eu un hurlement de douleur et, enfin, se reprit totalement.
-J'ai... Une... Nouvelle liste, souffla-t-elle d'une voix qui n'était pas la sienne.
Sans même prévenir le dealer, sans même lui laisser le temps de parler, sans même récupérer la cocaïne, elle s'enfuit.

Ces listes, c'est des registres emplis de morts en sursis. Elle n'a aucune idée de qui les lui a fournies, mais c'était une entité trop puissante pour qu'elle puisse s'y opposer. Au fond, Sheezer est juste une autre victime dans cette affaire. Mais au lieu de mourir, elle a été changée en arme.

Si la justice ne peut la retrouver, c'est parce qu'elle n'a jamais été référencée comme une personne qui existait. Aux yeux de l'administration elle ne peut être ni morte ni vivante. Et c'est aussi parce qu'elle a rapidement pris, comme habitude, de ne pas laisser de témoins.
Revenir en haut Aller en bas
Arwen
Sorcière
avatar

Nombre de messages : 5712
Age : 64
Localisation : Liège
Date d'inscription : 11/02/2006

MessageSujet: Re: Sheezer   Mer 27 Mai 2015 - 19:53

Quelle imagination!!!! Mais tu trouves ça où? hihihi

Tu dois devenir écrivain même si ça ne devient pas ton métier principal :)

_________________
Ná Elbereth veria le, ná elenath dín síla erin rád o chuil lín. Im Arwen.
Telin le thaed. Lasto beth nîn, tolo dan nan galad.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiressansfin.forumzen.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sheezer   Dim 31 Mai 2015 - 15:09

Où je trouve mon imagination ? Je me le demande bien moi-même ^^. Dès fois c'est assez tordu, ce que j'écris, je trouve :x.

Et merci beaucoup Very Happy.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sheezer   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sheezer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires sans fin :: Au fil des mots :: Nos créations littéraires-
Sauter vers: