Histoires sans fin
Bienvenue sur le forum d'histoires sans fin....
venez jouer avec les mots, nous avons besoin de vous pour faire vivre ce forum.

ARWEN

Histoires sans fin

La Communauté de la Plume! Ecrivons des histoires ensemble, faisons vivre les mots!
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 siwan (une intro de roman ?)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: siwan (une intro de roman ?)   Jeu 24 Jan 2013 - 17:59

Bonjour !!!
J'ai écris un texte, comme ça, pour le plaisir et quand je l'ai relu je me suis dis...."tient ! ça ferait une bonne introduction de roman!" (à retravailler sûrement). Alors pourquoi pas? pourquoi ne pas écrire une suite après tout ? ^^ pour l'instant je fais le brouillon de l'histoire, mais je tenais à vous faire partager mon introduction :)
(j'ai appelé "Siwan" le roman pour l'instant mais ce ne sera pas ça le titre!)

SIWAN



Siwan était recroquevillé au fond de la salle, la tête penchée sur son travail et le dos voûté sous la chaleur du crépuscule. Sur la table s’étalaient en milles teintes des vernis, des colles, des pigments, de la poudre de granite et du blanc d’œuf écaillé. Ce fatras coloré encadrait une peau de vélin tendue sur un cadre en cèdre sur laquelle se déroulait l’ébauche dorée d’un motif gaëlique. La main du scribe vibrait sous les coups de pinceau qui prolongeaient la figure. La page frémissait sous les nuances éclatantes qui envahissaient peu à peu l’espace disponible. Les yeux plissés par la concentration, Siwan remarquait chaque détail. Aucune bavure ne pouvait lui échapper. La pointe de sa plume était de très bonne qualité. Elle avait été durcie plusieurs heures au sable chaud et sa robustesse ainsi que sa souplesse étaient remarquables. Siwan la tenait bien fixée entre ses doigts et l’encre s’en échappait continuellement par petites bouffées humides. L’homme semblait pénétrer dans le vélin, au-delà de l’enluminure. Un observateur assidu aurait remarqué la sueur qui courrait le long de sa mâchoire mais Siwan était seul chez lui, comme toujours. Il savait que personne ne viendrait le déranger, que nul n’oserait s’introduire dans la pièce, malgré la porte grande ouverte dans son dos, qui donnait sur la rue.
Il habitait au cœur du village, enfoui sous ses manuscrits, vivant en ermite dans l’agitation quotidienne qui l’entourait. Son train-train habituel ce résumait à peu de choses : Lire, écrire, dessiner, manger et dormir. Oh, bien sur ! Il fallait bien aller acheter de temps à autre de quoi se nourrir et d’autres produits essentiels. Il se procurait ses pigments et ses poudres dans un petit atelier au bout de la venelle. Celui-ci ouvrait tôt, à l’aube. De cette façon, Siwan n’avait pas à sortir trop longtemps et ne croisait qu’un minimum la population. Il n’avait pas une « mauvaise » réputation, mais il savait que l’opinion publique le surveillait prudemment et que beaucoup le considéraient avec méfiance. Ainsi son existence se limitait à la boutique de couleurs, le marché et son appartement. Il recevait de nombreuses commandes qui subvenaient à ses besoins. Mais il ignorait toujours quels étaient ses clients. Il trouvait au petit matin, sur sa fenêtre, un colis ou une lettre anonyme. Une fois le travail effectué, il mettait ce dernier sur le rebord, en attente de l’argent qui ne tarderait pas à être versé sur son compte. Son banquier, un petit homme chauve et joufflu, venait lui rendre visite une fois par mois et lui donnait des nouvelles du royaume. La semaine dernière il était arrivé plus tôt que prévu, assez agité. Siwan avait reçu – pour la première fois – une avance pour une tâche urgente. Lorsqu’il avait aperçu le ballot, il avait immédiatement compris que cette Âme était d’une importance capitale et qu’il détenait désormais le pouvoir d’empêcher ou non un malheur prochain. Sa décision avait été rapide. Il ferait tout son possible et mettrait son entier savoir-faire à l’œuvre. Il le devait.
Le seul éclairage de la pièce consistait en une chandelle noircie par la suie déposée sur le bureau. Le reste était plongé dans l’obscurité. Tout autour, les ombres semblaient se tordre à proximité du halo jaunâtre de la lampe. Mais Siwan ne remarquait rien de tout cela. Non. Il n’entendait plus la plainte du vent qui se ruait dehors dans les boyaux encombrés de la ville, s’engouffrant tel un monstre dans les ruelles désertes. Il ne voyait pas la pile de recueils anciens s’affaisser ostensiblement sur la paillasse à ses pieds. Il n’avait plus conscience de la brûlure vive des derniers rayon de Soleil lui incendiant le dos. Seuls comptaient le tracé net et voluptueux sur la table, la beauté et l’harmonie de son œuvre ainsi que le doux tintement qui froissait ses oreilles comme à chaque fois qu’il se concentrait un peu trop. Ce vrombissement grave résonnait familièrement contre ses tempes. Il avait soif de ces échos, il désirait ardemment percevoir à nouveau le bruissement qui l’accompagnait toujours dans son travail et jouir une fois encore de la plénitude qui s’installait en lui alors. C’était un ami de longue date, un compagnon fidèle qui arrivait avec les commandes.
Un chat miaula dehors. La tempête hurlante ne gagnerait pas. Pas maintenant. Des morceaux de vie restaient accrochés dans le sable ardent que charriait ce monstre venteux. Des particules lumineuses brillaient dans l’air. Le ciel rougeoyaient, bien au-dessus des préoccupations humaines, et la danse noire de la Lune allait enfin pouvoir commencer. Le candélabre crachota faiblement. Encore quelques instants et il mourrait, noyé dans sa propre cire. Il faudrait bien alors cesser de peindre pour changer la bougie. Siwan ne voulait pas y penser. S’arrêter, ne serait-ce que quelques secondes briserait l’uniformité de sa tâche et jamais il ne pourrait la terminer. Pas suffisamment bien. Pas s’il désirait que l’Âme soit parfaitement emprisonnée par les barreaux de couleur. Il connaissait son art et les risques encourus. Il n’ignorait rien de ce qui advenait d’un scribe n’ayant pas été assez vigilant, d’un enlumineur distrait qui se serait laisser détourner de sa besogne. Que d’accidents s’étaient déjà produits ! Que de malheurs inutiles ! Il était d’autant plus important de réussir à enfermer le sujet que de préserver l’Âme à tout prix. L’enjeu était vital, il le sentait. On ne pouvait permettre une erreur, aussi infime soit-elle. Les étagères croulantes sous le poids des grimoires et des dessins achevés, les tableaux suspendus aux murs, le reflet de la flamme finissante dans un miroir, les habitants cloîtrés chez eux…Tout ici devait être préservé, quel qu’en soit le prix.
Siwan réalisait peu à peu que celui-ci serait plus élevé qu’il ne l’avait prévu. Et pourtant il continuait. Il traçait des arabesques, pilonnait les bordures d’ombres et de lumières pour mieux verrouiller le cercle. Sa vie était un fil rattaché à sa plume qui se déroulait à mesure que la page s’emplissait de couleurs. Elle se détachait de lui petit à petit pour aller enchaîner l’Âme. Mais la taxe était trop haute. Il ne contrôlait plus rien. Le monde tournoyait, les teintes se brouillaient, … Plus rien n’existait mis à part le contact rassurant du pinceau entre ses doigts et la certitude qu’il devait achever sa tâche. Ses tempes étaient secouées par un bourdonnement de plus en plus insupportable. D’une main il travaillait et de l’autre il se tenait la tête pour essayer d’atténuer la douleur et d’amortir les coups de marteau dans son crâne. L’intensité du son l’empêchait de se concentrer, mais il tiendrait bon. Il le fallait.
Le clocher au loin sonna sept heures et les derniers rayons disparurent derrière les toits des maisons. Le vent se calmait doucement et des habitants sortaient examiner les dégâts dans les rues. Des nuages s’amoncelaient dans le ciel et une pluie fine commença à tomber. La pendule d’argent ronronnait dans un coin. Les livres éparpillés parterre semblaient sortir du sol comme des champignons de la mousse d’automne. La chandelle illumina un bref instant le visage de l’homme avant de crachoter et de plonger la pièce dans les ténèbres. Un éclair dans le crépuscule illumina la main de Siwan qui pendait mollement dans le vide et sa nuque flasque étalée sur l’établit. Dans le noir, le motif rougeoyait, comme animé d’une vie propre. Il était enfin libéré de son maître, qui avait surestimé ses forces. Les Âmes étaient sans pitié contre leurs ennemis. Siwan avait sous-évalué celle-ci. Il en était mort.


Dernière édition par sassas le Ven 25 Jan 2013 - 18:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arwen
Sorcière
avatar

Nombre de messages : 5712
Age : 64
Localisation : Liège
Date d'inscription : 11/02/2006

MessageSujet: Re: siwan (une intro de roman ?)   Jeu 24 Jan 2013 - 18:55

Wowwww c'est superbe! J'aime beaucoup! :) Vivement la suite.
Je ne suis pas "poète", je l'ai déjà dit, mais les histoires, j'aime ça!!!!
Un jour, j'ai écrit (que pour moi) un début d'histoire de science-fiction et l'héroïne s'appelait ... Sirwan ... Presque pareil!

_________________
Ná Elbereth veria le, ná elenath dín síla erin rád o chuil lín. Im Arwen.
Telin le thaed. Lasto beth nîn, tolo dan nan galad.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiressansfin.forumzen.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: siwan (une intro de roman ?)   Jeu 24 Jan 2013 - 20:13

merci ^^

o.O c'est vrai? c'est cool ça ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: siwan (une intro de roman ?)   Ven 25 Jan 2013 - 15:59

J'aime beaucoup aussi, ça commence vraiment bien, vite la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: siwan (une intro de roman ?)   Ven 25 Jan 2013 - 18:08

voilà : j'ai fais quelques modifications alors je viens de rééditer mon texte ^^ dites moi ce que vous en pensez!
:)
Au passage... J'ai écrit, en notes, le brouillon du début du roman... Vous le voulez? (même s'il risque de changer souvent)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: siwan (une intro de roman ?)   Sam 26 Jan 2013 - 8:00

Ben dis donc tu as rajouté plein de choses!
A mon avis attend d'être sure de ton texte avant de publier la suite, sinon tu risques de rééditer sans arrêt.
Merci de partager avec nous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: siwan (une intro de roman ?)   Sam 26 Jan 2013 - 11:04

Je suis malheureusement d'un caractère très difficile à satisfaire ^^ alors même quand je suis sur de mon texte, je finis toujours par le rééditer ^^
Revenir en haut Aller en bas
Arwen
Sorcière
avatar

Nombre de messages : 5712
Age : 64
Localisation : Liège
Date d'inscription : 11/02/2006

MessageSujet: Re: siwan (une intro de roman ?)   Sam 26 Jan 2013 - 18:33

Le but n° 1 de ce forum, quand je l'ai créé était d'écrire des histoires ensemble alors si tu peux aussi aider à ressusciter cette partie, ce serait génial.

Pour moi, tu peux rééditer autant de fois que tu le veux.
Au pire, si trop de rééditions, tu supprimes le post et colles un nouveau, non?


_________________
Ná Elbereth veria le, ná elenath dín síla erin rád o chuil lín. Im Arwen.
Telin le thaed. Lasto beth nîn, tolo dan nan galad.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiressansfin.forumzen.com
Arwen
Sorcière
avatar

Nombre de messages : 5712
Age : 64
Localisation : Liège
Date d'inscription : 11/02/2006

MessageSujet: Re: siwan (une intro de roman ?)   Sam 26 Jan 2013 - 18:47

Wow , je viens de relire! Quelle maîtrise! Quel style! Quel talent! Bravo, sassas! Bravo!!!!

_________________
Ná Elbereth veria le, ná elenath dín síla erin rád o chuil lín. Im Arwen.
Telin le thaed. Lasto beth nîn, tolo dan nan galad.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiressansfin.forumzen.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: siwan (une intro de roman ?)   Sam 26 Jan 2013 - 23:20

merci Very Happy

et d'accord pour le reste Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: siwan (une intro de roman ?)   

Revenir en haut Aller en bas
 
siwan (une intro de roman ?)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment construire l'intro de son roman ?
» [Collection] Le roman du charme / Guy Le Prat éditeur /Paris
» [Collection] Roman de Cape et d'Epée (Tallandier)
» [Pennac, Daniel] Comme un roman
» [En ligne!] Histoire du roman feuilleton

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires sans fin :: Au fil des mots :: Nos créations littéraires-
Sauter vers: