Histoires sans fin
Bienvenue sur le forum d'histoires sans fin....
venez jouer avec les mots, nous avons besoin de vous pour faire vivre ce forum.

ARWEN

Histoires sans fin

La Communauté de la Plume! Ecrivons des histoires ensemble, faisons vivre les mots!
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LA MAISON DES CHAMPS [Poésie en prose de chantara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chantara
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1048
Age : 56
Localisation : Se perd dans ses pensées...
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: LA MAISON DES CHAMPS [Poésie en prose de chantara]   Dim 30 Nov 2008 - 21:34

LA MAISON DES CHAMPS

I

Là.
Le temps qui passe sur la maison des champs.
Passe lentement.
Ici.
Le temps ne passe ni plus vite,
Ni plus doucement.
Doux moments
Que celui-ci.
Entre cette vie et une autre,
Une maison.
Rien de comparable
Mais beaucoup d'émotion.

Les pierres et les tuiles au soleil et au vent
Face au ciel, depuis avril.
Depuis 25 ans,
Pierres qui roulent....
Ici.
Il y a la mousse qui peuple la campagne
Et les insectes de midi qui collent au tue-mouche
Et le silence.
Et les oiseaux dans ce silence.
Les heures s'écoulent
dans la vallée de l'Eure.

II

Là ou moutonnent les champs de céréales.
Livrés au souffle de la Beauce.
Ici, s'est posée ma maison
Entre une pierre et une branche
Besoin d'avenir.
Et de replanter ses racines
Là.
Entre if et rosiers
Sur un tapis de pelouse
Espérance d'une vie meilleure,
comme un reve
jaune, orange, rose
Ici et la
de la couleur
un jour en vers,
un jour en prose
et mon coeur revit
là.
chien, chat, oiseau.
Symphonie pour clavecin
qui chante l'amour ici et toujours.


III

Pierres.
Là, dans la main.
Chemin minéral
ou coule la pluie
branches.
Ici, dans un coin
fraisiers et pâquerettes.
offertes au soleil
Au loin la ville s'éloigne
sous nos yeux la campagne
olive et bleu lavande
le temps qui coule
de mon oeil, un larme.
souvenirs en mémoire
Pour les jours heureux
toi et moi
dans la maison dans champs
et le silence.
là.
comme on pose une question
notre tas de pierres à tous les deux
bienvenue à l'avenir
caresser par le vent
ici
loin de tous
et près de toi...

IV

Après le printemps , l'été
le soleil se lève
et murit les blés
A perte de vue,
dans les champs
Notre maison exceptée;

de pierres et de branches
cachées.
Ici.
dans le silence du matin
et l'air devient lourd de mystère
dans le soir, le citronnier
eclaire l'herbe
sous nos pas apeurés.
Ailleurs,
chante la mésange
que le chat à dérangé.
Sur le dos de l'olivier,
grimpe le rosier.
Après le chant, les danses
des braises tièdes
dans la cheminée,
qui crépitent dans le soir,
demain sera un autre jour...

V

L'été toujours.
S'installe entre les pierres.
L'ombre disparait, sous la canicule.
et les branches séchées.
Le temps s'arrete.
Dans le silence
Je m'assoupis au jardin
Dans l'odeur des roses.Cette histoire est notre histoire
dans la maison des champs
Au heures fortes, point devant
Main dans la main,
Sous le ciel bleu
Un cri s'élève
Du chateau en feu
La compagnie du Roy
vous salue bien
Là et pas ailleurs,
Le souffle profond,
Le corps ralentit
avance au rythme de la germination
Le temps s'immobilise presque en deux mots.
Ici et là

vi

Dans la vallée,
Les hommes vivent.
derrière chaque porte,
Une pierre.
A chaque fenêtre,
Une branche.
Dans chaque trou
des guirlandes d'iris
Peignent en violet
La nature et notre jardin.
Ephémère point de vue.
Dans notre vallée de l'Eure.
Ici et pas ailleurs,
Du temps ou j'étais enfant
La ville.
Aujourd'hui , dans la maison des champs
Je m'endors dans les ténèbres sombres
de la campagne environnante
Splendeur de la mémoire
A l'heure des lueurs tremblantes.
J'aime me souvenir
Un caillou à la main
Pierre après pierres,
Je construis ma mémoire.

VII

les aiguilles de pins
marquent l'heure.
Que le soleil affiche dans le ciel
Là.
Dans la maison des champs,
Protégée de tous.
Rien n'arrive et tout arrive.
En silence.
Sous le soleil ou sous la pluie.
Les pierres glissantes.
Ici.
Les branches humides.
Les cultures se transforment en désert vert.
Il n'y a plus de limites
Au regard, à la parole
Entre ciel et terre
Une ligne verte.
Et un point posé là.
Notre maison des champs.

VIII

Ô temps suspendu.
Le grain murit doucement.
Au jardin l'herbe folle,
Joue avec le vent.
Le chant des corbeaux,
coupe le silence.
Et je nous imagine
Dans vingt ans.
Les lèvres closent.
La pensée commune.
Là.
Pour nous le temps se fera eternel.
Un rêve devenu réalité.
ici et maintenant .
Ensemble.
Dans la maison des champs.

IX

Une pierre dans chaque main.
Année après année.
Les branches devenues arbres
s'élèvent dans le ciel.
Et dans la course au temps.
Entre if et rosiers.
Le silence persistant
Ombragera la maison des champs
sur le chemin dallé.
Un escargot s'en est allé
Très vite dans le fin de l'été,
Ici.
Le temps passe sur l'immobilité des choses.
Il n'y a pas de hasard.
Dans la vallée,
La lumière joue sur les pierres,
Les branches emplissent le paysage
et notre maison ouvre ses volets bleus
A l'espoir et aux fleurs du jardin,
Face au banc.

X

Il n'y a rien que je puisse dire.
Le silence parle à ma place.
L'herbe sèche sous les pierres.
Chauffées au soleil.
Les arbres, en retour, grisent le paysage.
Leurs branches tendent les bras au ciel.
Nous sommes si loin de tout.
Nous sommes si près de rien.
L'hiver à mis son grand manteau blanc.
Des larmes de neige tombent du ciel.
Là.
Dehors l'air glacé,
Frappe aux carreaux.
La force de la nature.
Souffle et murmure.
Tous ensemble près du feu.
Nous regardons les flammes rouges,
Qui crépitent joyeusement.

par CHANTARA


Dernière édition par Chantara le Sam 10 Jan 2009 - 23:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minuit.forum-actif.net
Arwen
Sorcière
avatar

Nombre de messages : 5712
Age : 64
Localisation : Liège
Date d'inscription : 11/02/2006

MessageSujet: Re: LA MAISON DES CHAMPS [Poésie en prose de chantara]   Lun 1 Déc 2008 - 8:46

Arf, toujours aussi beau, ma Chantara! Very Happy

Tu vis au Paradis cheers

_________________
Ná Elbereth veria le, ná elenath dín síla erin rád o chuil lín. Im Arwen.
Telin le thaed. Lasto beth nîn, tolo dan nan galad.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiressansfin.forumzen.com
Chantara
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1048
Age : 56
Localisation : Se perd dans ses pensées...
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: Re: LA MAISON DES CHAMPS [Poésie en prose de chantara]   Lun 1 Déc 2008 - 16:30

Oui. Femme de la ville, depuis 5ans je me suis merveilleusement bien adaptée a la campagne. (heureusement , c'est un trou Mdr)
Je plaisante, je me plais énormément et je serai tres malheureuse si je devais repartir en ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minuit.forum-actif.net
Arwen
Sorcière
avatar

Nombre de messages : 5712
Age : 64
Localisation : Liège
Date d'inscription : 11/02/2006

MessageSujet: Re: LA MAISON DES CHAMPS [Poésie en prose de chantara]   Lun 1 Déc 2008 - 19:01

Je rêverais de vivre dans un cottage mais bon je suis dans une grande ville, c'est comme ça.
Il y a aussi des bons côtés, heureusement!

_________________
Ná Elbereth veria le, ná elenath dín síla erin rád o chuil lín. Im Arwen.
Telin le thaed. Lasto beth nîn, tolo dan nan galad.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiressansfin.forumzen.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA MAISON DES CHAMPS [Poésie en prose de chantara]   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA MAISON DES CHAMPS [Poésie en prose de chantara]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le mystère de la maison vide
» Pâte à tartiner "maison"
» Monter son studio photo maison à coût réduit
» Savage 25 brushless fait maison
» Ma Maison Rona 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires sans fin :: Au fil des mots :: Nos créations littéraires-
Sauter vers: